Les gaz à effet de serre

Les gaz à effet de serre

·
gaz à effet de serre

Ils emprisonnent la chaleur dans l’atmosphère. En raison de la multiplication des émissions d’origine humaine, la concentration de gaz à effet de serre augmente à un rythme plus rapide que jamais. Modifiant ainsi le climat de la terre.

L’industrie est en effet le 1er émetteur de gaz à effet de serre, notamment en raison de la consommation de combustibles fossiles. Elle comprend également une source moins visible la pollution. 40% pour l’industrie, 25% pour l’agriculture, 20% pour les bâtiments, 15% pour les transports.

La pollution numérique représente 4% des émissions mondiales de gaz à effet de serre, d’ici 2025 son empreinte carbone devrait doubler. 1/4 des émissions sont dues aux data centers, 1/4 sont dues aux infrastructures réseaux, 1/2 sont dues aux équipements des consommateurs comme les smartphones ou les ordinateurs. En conséquence la planète se réchauffe à une vitesse alarmante. + 1°C aujourd’hui alors qu’ à l’ère pré-industrielle (1850) nous étions qu’à +0°C .

+1°C cela peut sembler insignifiant sur le papier. Pourtant les conséquences sont déjà visibles :

Fonte des glaces, des glaciers, du permafrost. Evénements extrêmes tel que des vagues de chaleur ou de froid, des sécheresses, des inondations. Risque sur les ressources, de l’eau potable aux denrées alimentaires.

Chaque demi-degré compte, le groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat créé par les Nation Unies en 1988, le GIEC regroupe 195 pays membres et des milliers d’experts indépendants. Les scientifiques fournissent des scénarios et des recommandations pour développer des politiques climatiques et réduire les risques futurs.

A + 2°C les conséquences se détériorent rapidement :

  • Parmi lesquelles l’acidification des océans, 99% des récifs coralliens seront détruits alors qu’ils abritent 1/4 de la vie marine.
  • Les incendies et la déforestation vont augmenter. 2 milliards de personnes seront exposées à des vagues de chaleur extrêmes.
  • Le permafrost est un sol gelé depuis des dizaines de milliers d’années, particulièrement présent en Alaska et en Sibérie. Il représente 20% de la surface de la Terre et il contient deux fois plus de gaz à effet de serre que le CO2 déjà présent dans l’atmosphère. C’est une bombe à retardement au delà de 2°C, jusqu’à 50% du permafrost dégèlera. Créant une boucle rétroactive amplifiant l’effet de serre à une échelle à peine concevable. Il sera le principal moteur du réchauffement climatique et il sera hors de contrôle.

D’ici 2030 2050 atteindre +2°C sera le point de non retour.

  • Si l’élévation du niveau des eaux de 50 cm, 570 villes seront confrontées à cette menace d’ici le milieu du siècle. Les coûts économiques mondiaux pourraient s’élever à 1000 milliards de dollars.
  • Si élévation du niveau de 1.1m, plus d’un milliards de personnes vivant dans des zones côtières de basse altitude risqueraient d’être submergées et seraient forcées de fuir. Les villes peuvent encore d’adapter à l’élévation du niveau de la mer et aux inondation côtière grâce à des stratégies de résilience, en déplaçant les zones les plus à risque ou en modernisant les infrastructures existantes avec des protections côtières.

En prolongeant nos pratiques actuelles nous serons en 2100 à +4°C de nombreuses zones géographiques souffriraient de conditions climatiques non visibles, et la montée du niveau de la mer devrait atteindre +60 cm à 1.1m.

Si nous agissons vite et ensemble, nous pouvons nous maintenir à 1,5°C.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on pinterest
Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

S'INSCRIRE SUR NOTRE NEWSLETTRE
Agir Pour L'environnement, Actions Pour La Planete , Chaqu Un Peu Participer A Son Niveau
Derniers articles
What they say